Le débat houleux autour de la vénerie, qui a agité la Grande Bretagne pendant 15 ans,
avait il d'autres motivations que d'épargner les renards ?
L'étude des réalités historiques, économiques et sociales de la chasse à courre
révèlent une révolution politique profonde au Royaume Uni et l'abolition des privilèges de la Noblesse en Angleterre.
Résultats du Bac 2005 : reçu grâce à un 18/20 à ce TPE

LA CHASSE A COURRE

dans une société moderne
à l'heure d'aujourd'hui
Art suranné ou Antiquité anachronique ?

version - - en pdf
Retour au Plan
T.P.E. : Foulques. Jubert - 2005
Page 1
PLAN
Introduction

I Vénerie d'ici et d'ailleurs : descriptions
1.1 La venerie en France
- ..............1.1.1 Un capital historique
- ..............1.1.2 La grande vénerie
- ..............1.1.3 La petite vénerie
- ..............1.1.4 La vénerie sous terre


1.2 La Vénerie en Grande-Bretagne
- ..............1.2.1 Introduction
- ..............1.2.2 La chasse au renard
- ..............1.2.3 Le drag Hunting
- ..............1.2.4 Autres chasses à courre


II Ruralité et urbanisation

2.1 Vénerie et Société moderne
- ..............2.1.1 Urbanisation de la Société
- ..............2.1.2 Evolution des sensibilités
- ..............2.1.3 Hommes domestiques et loisirs sauvages

2.2 La Bataille d'Angleterre
- ..............2.2.1 15 ans de combats politiques
- ..............2.2.2 Arguments et Arguties
2.3.1 Plaidoyer
- ..............2.2.2
Plaidoyer

III Vénerie :Données économiques & sociales

3.1 Un monde rural interdépendant

3.2 Un tissu social

3.3 Une économie à part entière



Conclusions révolutionnaires


Retour au Musee du chien
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 2
Introduction

La chasse et la cueillette ont été les premières activités de l'Homo Erectus et lui ont permis de survivre aux premières heures de notre Préhistoire. Le chien, premier animal domestiqué par l'homme, lui a permis d'améliorer et de diversifier ses techniques de chasse dès la plus haute Antiquité. Dans la mythologie, le chasseur Actéon, surprenant Diane au bain avec ses compagnes, est transformé en cerf et pris à courre par ses chiens. Ecrit 400 ans avant JC, le "Kynegetikos" de Xénophon est le plus ancien livre arrivé jusqu'à nous, décrivant l'élevage de chiens courrants et l'art de la vénerie. Platon, Cicéron, Virgile écriront à leur tour sur l'art de la cynégétique. De Gaston Phoebus au XIIIe s au Marquis de Foudras, en passant par Paul Vialar ou Maurice Genevoix au XXe siècle, pour ne citer que des auteurs franćais, la littérature abonde de pages épiques et passionnées sur la chasse à courre.

En France, la chasse était l'un des privilèges de la Noblesse qui fut aboli par la Constituante la fameuse nuit du 4 août 1789. A la suite des conquêtes napoléoniennes, la vénerie s'est démocratisée dans toute l'Europe. En Angleterre, si la vénerie du cerf est restée longtemps un apanage royal, la chasse au renard était la distraction favorite de l'aristocratie britannique, avant de se démocratiser dans le courant du XIXe siècle. Attirant une foule de suiveurs à pied, à cheval et en voiture, cette activité mobilise aujourd'hui 1.200.000 personnes en Angleterre.

Attaquée en Belgique, puis en Grande-Bretagne, la vénerie appartient-elle à un passé révolu ? Quelle est sa place économique, sociale et politique dans notre société actuelle ?
Quels arguments ont prévalu pour interdire la chasse à courre en Grande Bretagne? A qui profite le crime ?
Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 3
I Vénerie d'ici et d'ailleurs :
1.1 La Vénerie en France
1.1.1 Un Capital historique

La chasse à courre à cor et à cri est un mode de chasse où l'homme assisté d'une meute de chiens cherche à forcer et à prendre un animal sauvage. Il faut distinguer la Grande et la Petite Vénerie, qui concernent des gibiers et amateurs assez différents. Si la chasse à courre n'a guère perduré dans les pays germaniques, elle s'est profondément enracinée en France.

Bien qu'ayant souvent une image élitiste et aristocratique, image d'Epinal largement répandue au travers des livres d'Histoire de l'Ecole républicaine, la chasse à courre fait bel et bien partie intégrante de notre paysage culturel et appartient aux traditions populaires. Notre vocabulaire courant intégre nombre d'expressions directement issues du vocabulaire spécifique de la vénerie. "Donner le change", "rameuter", "courir deux liévres à la fois", "sonner la curée", sont autant de locutions désignant des phases d'une chasse à courre, mais utilisées aujourd'hui dans la vie courante.

Si la France avec 14 Millions d'hectares contre 10 en Allemagne et seulement 2 en Grande-Bretagne, posséde l'une des plus vastes superficies de forêt d'Europe, elle le doit en partie à la Vénerie. Lorsque le bois était à la fois le principal moyen de chauffage, l'une des matiéres premiéres indispensables à la construction et à l'industrie naissante, les rois de France ont dés le XIII éme siècle sauvegardé voire planté des forêts pour conserver des domaines de chasse à courre. Les forêts de Fontainebleau, Rambouillet ou Saint Germain pour ne citer qu'elles, qui sont aujourd'hui la ceinture verte de Paris, ont été conćues pour la vénerie avec des allées forestières en étoile pour mieux suivre le spectacle des laisser-courre.

Enluminure ou tapisserie, peinture ou sculpture, littérature ou architecture, la vénerie imprègne notre patrimoine culturel et a été le sujet d'innombrables chefs d'oeuvre. Chambord, fleuron de l'architecture Renaissance, fut conçu pour recevoir la cour, lors des chasses royales de François 1er.
Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 4
1.1 La Vénerie en France
1.1.2 La Grande Vénerie

Les "équipages" de cerf, de chevreuil et de sanglier, ces derniers étant appelés "vautraits", constituent la "Grande Vénerie".
Ces animaux parcourant couramment plusieurs dizaines de kilomètres durant une journée de chasse, les "veneurs" et invités chassent à cheval. Les autres "suiveurs" pouvant se déplacer en voiture ou à bicyclette pour essayer de suivre le déroulement du "laisser-courre". La meute de chasse est constituée en moyenne d'une trentaine de chiens courrants. Entre les éclopés, les blessés, les "lices" destinées à la reproduction et les jeunes chiens, le chenil d'un grand équipage peut compter plus d'une centaine de chiens.

L'entretien d'une meute et de chevaux de selle, les frais de personnel (piqueur, valets de chien, ..) et la location des territoires de chasse imposent donc des frais très importants aux équipages de "Grande Vénerie". Si, autrefois un équipage appartenait à un homme seul, forcément doté de moyens financiers très importants, aujourd'hui tous les équipages sont constitués en associations à but non lucratif. Les "membres" vont cotiser pour devenir "boutons" ou "gilets" pour demi-actionnaires et le "Maître d'équipage" sera souvent coopté, ainsi que les membres du directoire qui l'assisteront dans la gestion. A titre indicatif, la cotisation d'un "bouton" sera de l'ordre de 1000 euros dans un équipage de chevreuil, 2000 pour le sanglier et 3000 pour le cerf. Ces cotisations correspondent à peu près aux tarifs pratiqués par an par un Club de golf.
Un budget certes, mais qui n'est pas princier comme aux siècles précédents. Outre les boutons payants, les laisser-courre attirent une foule nombreuse de suiveurs qui pour la plupart ne participent pas au financement de l'équipage. Passionnés venus de loin, forestiers, "gens du pays" ou amis de l'équipage, ils sont des centaines à vivre chaque samedi cette aventure commune, où les milieux sociaux se mêlent avec une bonhomie empreinte d'une courtoisie qui n'existe plus dans les sociétés urbaines.

Fortement ritualisées, ces chasses à courre sont toujours des spectacles impressionnants pour le profane. La "tenue de vénerie" institutionnalisée sous Louis XIV impose la redingote à galons, le gilet, la cravate en jabot, la toque et les bottes à chaudrons. Chaque équipage se différencie par les couleurs du gilet, de la tenue et de ses parements et par un bouton, qui lui est propre. Les "fanfares", codifiées sous Louis XV, sont sonnées à l'aide d'une "trompe de vénerie", permettent aux veneurs de "sonner" chacune des péripéties de la chasse pour mieux tenir informés les suiveurs au loin.

Chassé dans une forêt qu'il connaĒt depuis sa naissance, doué de ruses innées qui trompent et égarent la meute tout au long du laisser-courre, l'animal de chasse gagne la partie une fois sur deux pour le cerf ou le sanglier. Le chevreuil pour sa part réussit à semer la meute trois fois sur quatre. Chasse écologique s'il en est, la vénerie prélève selon les espèces entre 1 pour 100 et moins de 1 pour 1000 du cheptel. Les "grands animaux" en France sont soumis à un Plan de Chasse obligatoire depuis 79 édicté par les préfectures de chaque département Sur une population de cerfs de 100.000 têtes, 35.000 sont tués à balles, 1000 à courre. Les chevreuils, eux, sont 1.200.000. 450.000 doivent être prélevés, 1000 le seront à courre. Les sangliers sont près de 800.000; 400.000 prélèvements annuels à balles, 400 à courre.
Ce Plan de Chasse a pour objectif de trouver et de maintenir un équilibre acceptable entre sylviculture, agriculture et faune sauvage.
Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 5
1.1 La Vénerie en France
1.1.3 La Petite Vénerie

Les équipages de Petite Vénerie chassent le lièvre et le lapin.
La chasse de ces animaux ne nécessite pas forcément de chevaux, les distances parcourues par ces animaux lors d'une chasse étant beaucoup plus courtes. Est considéré comme meute de vénerie, un ensemble de chiens, rassemblant un minimum de 6 chiens de race homogène créancés sur le même animal.

Selon les régions et le gibier chassé, les chiens sélectionnés par l'équipage pourront être de races très diverses, généralement plus courtes sur pattes que les grands chiens courrants. Les meutes sont également moins nombreuses et donc moins coûteuses d'entretien.

Pour chasser le lièvre ou le lapin, il n'ait pas non plus besoin de milliers d'hectares comme pour la vénerie du cerf ou du sanglier, les frais engendrés par la création et l'entretien d'un équipage de petite vénerie sont donc accessibles au plus grand nombre. Les cotisations s'élèvent par an à quelques centaines d'euros, tout au plus. A pied, la plupart du temps, ces veneurs ont une tenue plus légère que leurs homologues chassant à cheval.

Pas de redingote, ni de bottes à chaudron pour courir ą travers champ, et la toque de cavalier est généralement remplacée par une simple casquette. Seul le gilet et une "cravate" portant le bouton de l'équipage, rappelleront l'étiquette et l'élégance codifiées par Louis XIV. La trompe "à la Dampierre" sera souvent remplacée par une simple "pibole", plus facile à porter au cours de ces courses à pied extrêmement sportives à travers la campagne. Parce que cette chasse demande une grande forme physique ou parce qu'elle est beaucoup moins onéreuse que la grande vénerie, la petite vénerie attire un public plus jeune et socialement plus diversifié. Beaucoup de ces équipages sont composés de ruraux, agriculteurs, éleveurs et villageois réunis par une même passion.

Sur une population estimée de 1 million de lièvres, 600.000 sont prélevés à tir, et 1200 à courre, quant au lapin, les prélèvements sont estimés réciproquement à 3,2 millions et 500.
Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 6
1.1 La Vénerie en France
1.1.4 La vénerie sous terre

Sous-ensemble de la "petite vénerie", elle concerne surtout le renard. Ce canidé nocturne gîte dans des terriers constitués de multiples galeries dotées de plusieurs issues. Se nourrissant de rongeurs, lapins ou mulots, oiseaux sauvages ou domestiques voire d'agnelets, il est classé nuisible depuis la nuit des temps.
Très souvent, le maître d'équipage dans la vénerie du renard en France est "lieutenant de louveterie". Ce corps de fonctionnaires, créé par Charlemagne, assure la régulation des espèces dites nuisibles (corvidés, lapins, renards, …) lorsque leurs populations engendrent des dégâts trop importants. Cas unique, les lieutenants de louveterie sont des fonctionnaires bénévoles. Les équipages de renards en France sont toujours invités sur les territoires où ils chassent.

Pour cette vénerie sous terre, de très nombreuses races de chiens ont été sélectionnées pour leur petite taille et leur pugnacité. Ces chiens appartiennent globalement à la classe des "terriers" : Fox-terrier, Jack Russell, welsh. Ces gentils animaux de compagnie qui aujourd'hui connaissent plus souvent la moquette des appartements que la boue des campagnes, sont le fruit d'un élevage sélectif en vue de la chasse aux renards.

Le renard étant au gîte, le veneur va lâcher une meute de chiens de petite taille à l'une des entrées du terrier. Les chiens vont chasser le renard de galeries en galeries jusqu'à l'acculer dans l'un de ses gîtes en cul-de-sac, où l'animal tiendra tête aux chiens. A l'extèrieur, les veneurs l'oreille collée au sol, suivent la progression de la chasse grâce aux récris des chiens. Quant le renard est aux abois, le chasseur transformé en terrassier, va creuser un puit à l'aplomb de l'accul où l'animal est retranché, pour le "servir" et récupérer ses chiens. Cette chasse de terrassiers, extrêmement physique, est autorisée toute l'année. Elle est souvent pratiquée en dehors de la saison de chasse par les lieutenants de louveterie, qui s'adonnent en saison à la chasse d'autres gibiers.

En France, le renard n'a été officiellement classé animal de vénerie que dans les années 70. Depuis lors, l'Association Franćaise des Equipages de Vénerie Sous Terre a vu le jour. Elle regroupe 1500 équipages et 5000 déterreurs.
Tous types de chasse confondus, on estime que 400.000 renards sont prélevés chaque année en France, dont seulement 400 à courre (hors terriers).
Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 7
1.2 La Vénerie en Grande Bretagne
1.2.1 introduction

Du fait d'une législation différente sur l'héritage, qui n'oblige pas le légataire à diviser ses biens équitablement entre ses ayant droits, la Noblesse de la Grande-Bretagne d'aujourd'hui a conservé de très grandes propriétés foncières. La réalité économique étant ce qu'elle est, ces propriétaires terriens louent la plupart du temps à des tiers les droits de chasse sur tout ou parties de leurs immenses territoires. La vénerie britannique ne se limite donc pas aux garden-parties des membres chenus de la Chambre des Lords.

La chasse au cerf était l'apanage des rois au Royaume-Uni. Ceux-ci n'ayant pas régenté la sauvegarde des forêts comme ce fut le cas en France, la forêt britannique est 7 fois moins étendue qu'en France. La vénerie du cerf ne concerne que 3 équipages et ne saurait donc retenir notre attention dans cette étude.

La chasse au renard est la plus caractéristique de la vénerie anglaise. Ses origines remontent à 1660 sous le règne de Charles II, lorsque les premières meutes furent spécifiquement créancées sur le renard. Dans les campagnes britanniques, longtemps dédiées pour partie à un élevage extensif d'ovins, les éleveurs se sont toujours plaints d'une prédation très importante des agneaux par les populations de renards dans les semaines suivant l'agnelage.

Ceci justifiant peut être cela, la chasse du renard à courre était extrêmement répandue. On comptait en 2004 au moment de son abolition 194 "fox hunts" (équipages) au Royaume-Uni.
Le drag hunting est présenté ici en détail comme substitut éventuel à cette chasse. La vénerie du lièvre et du lapin est très présente en GB, nous ne présenteront que ses particularismes. Elle compte 72 meutes de beagles, 10 de hariers, 12 de bassets, 18 de mink hounds.

La Vénerie anglaise s'est exportée partout dans le Monde. Si on comptait 340 équipages de vénerie en GB, il y en a 334 en Irlande, 204 aux Etats-unis, 29 en Nouvelle-Zélande, 24 en Australie et 14 au Canada …
Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 8
1.2 La Vénerie en Grande Bretagne

1.2.2 La chasse au renard : Fox-Hunting

Les veneurs anglais portent redingote rouge, culotte blanche, bottes hautes en cuir et "hard hat", toque noire ou haut-de-forme. Les invités et suiveurs montés se distinguent par une redingote noire, mais doivent porter la tenue traditionnelle et connaître les usages en vigueur et les respecter. Il n'y a pas de trompe de vénerie Outre-Manche, mais une simple pibole de cuivre.

Si les équipages français sont constitués en Associations à but non lucratif, leurs homologues britanniques ont opté pour un statut de société. Le Président, le trésorier et leurs différents assistants sont donc élus. Les boutons de l'équipage paient une cotisation à l'année de l'ordre de 1500 euros. Les suiveurs à cheval extrêmement nombreux paient un "droit de suite", au coup par coup, un "fee" d'un montant équivalent au "green fee" sur un terrain de golf, qui varie de 35 à 100 euros par journée de chasse. Les suiveurs à pied ou en voiture paient un "daily cap" de un à 3 euros.
Les sommes ainsi récoltées permettent l'entretien de la meute et le financement du personnel salarié permanent de l'équipage : "piqueur" appelé "huntsman" et valets de chiens nommés "whipper-in".

Les races de chiens de meute sont relativement proches de ceux utilisés en France en grande vénerie. Anglais tricolores ou billies, ce sont de grands chiens courrants, très fins de nez, mais plus lents et moins gorgés que nos limiers français. "moins gorgés" signifie que leur "voix" est moins profonde et moins puissante.

La nuit précédant un "laisser courre", alors que le renard est lui-même en chasse loin de son terrier, les bouches d'entrée de son gîte vont être obturées. Le rendez-vous de chasse très matinal rassemblera à proximité meute, veneurs et suiveurs. Les chiens vont remonter les "voies" de la nuit, suivant avec quelques heures de retard la propre chasse du renard, jusqu'à ce que l'animal soit lancé. Un laisser-courre peut durer entre une et quatre heures, selon l'âge, la force et la ruse du "goupil".
Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 9
1.2 La Vénerie en Grande Bretagne


1.2.3 Le "Drag hunting"

Le drag hunting tient à la fois de la chasse à courre, du "cross country" et du spectacle.
Chasse à courre artificielle où la meute de "fox hounds" (chiens de renard) ou de "blood hounds" (chiens de sang) va chasser une "line" (voie) non pas créée par le passage d'un animal sauvage, mais laissée par un homme traînant un leurre odorant.

Ce parcours de chasse est conçu pour offrir aux cavaliers un maximum d'obstacles à franchir, haies, talus, fossés, rivières, murets ou barrières créant par la même pour les très nombreux spectateurs, un spectacle haut en couleur et riche de chutes spectaculaires. Une journée de drag permettra d'enchaîner entre 3 et 6 "lines", chacune faisant entre 2 et 8 kilomètres de long parsemées de plusieurs dizaines d'obstacles. Ce sport s'adresse donc à des cavaliers confirmés. Comme la vénerie, le drag hunting se déroule de septembre à mars. Pendant toute cette période, ce sont 24 journées de drag et les itinéraires de 72 lines différentes que les organisateurs vont devoir créer, en s'assurant qu'aucun des parcours ne sera chassé plus de deux fois dans l'année.

Si cet exercice était relativement aisé jusque dans les années 70, la profonde mutation de l'agriculture britannique depuis lors rend les choses plus difficiles. En effet, propriétaires fonciers et agriculteurs ont du moderniser leurs exploitations pour se mettre à l'heure de l'Europe. Ce sont près de 4 millions d'hectares autrefois en friches pour l'élevage extensif, qui ont été transformés en terre arable. Cette transformation du paysage agricole au Royaume-Uni a rendu aujourd'hui impossible la création d'un parcours de 15 km d'un seul tenant à travers des pâtures sans valeur. Ceci explique la multiplication de "lines" plus courtes dans la même journée, limitées par des champs cultivés que ruinerait le passage de cavaliers en grand nombre.

Les participants s'acquittent d'un "daily cap" coûtant entre 40 et 80 euros par journée. Ces chiffres, comme ceux cités pour le "fox hunting" ci-dessus, ne tiennent pas compte de l'achat et de l'entretien de chevaux, de leur équipement, de leur transport.

Il y a 30 drags hunts répertoriés en Grande-Bretagne, représentant autant de meutes comptant chacune près de 80 chiens au chenil. Près de 8.000 cavaliers pratiquent ce sport occasionnellement ou régulièrement.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 10
1.2 La Vénerie en Grande Bretagne


1.2.4 Autres chasses à courre

Vénerie du lièvre et du lapin : Moins spectaculaires et plus rustiques, mais tout aussi prisées, ces chasses à courre compteraient 30.000 participants dans toute la Grande-Bretagne. La population de lièvres a augmenté très sensiblement dans les régions où les "latifundias" ont cédé le pas à une culture intensive. Quant aux lapins, ils prolifèrent de nouveau dans les régions d'élevage ayant au fil des ans, développé une résistance au virus de la myxomatose.

Coursing and lurchers : Spécificité britannique mais également espagnole, la chasse à l'aide de lèvriers est interdite en France. En Grande-Bretagne, il y a 24 "Coursing Clubs" répertoriés et près de 80.000 personnes utilisant des lèvriers pour occasionnellement ou régulièrement chasser lapins ou lièvres. (source CLA) Le lèvrier n'a aucun flair et chasse à vue. Bâtis pour la course, ces chiens ont une très grande rapidité qui surpasse celle du lièvre. Les britanniques organisent donc des concours où deux lèvriers en compétition vont être mis en présence d'un lièvre en plein champ. Les deux chiens vont chercher à "coiffer" le lièvre, qui ne devra son salut qu'à ses crochets.
En effet, un lèvrier lancé à pleine vitesse mettra près de 8 mètres pour tourner, alors qu'un lièvre changera instantanément de direction. Ainsi, en quelques crochets, l'animal poursuivi va casser la vitesse des chiens, les égarer et disparaître à leur vue. Cette pratique est à l'origine de courses de lèvriers sur des cynodromes, où les chiens vont poursuivre un lièvre artificiel.

En Grande-Bretagne, ces courses sont aussi populaires que nos courses de chevaux et donnent lieu à des paris aussi bien sur place que dans des boutiques spécialisées ou sur Internet, l'équivalent de notre PMU.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 11
II Ruralité et urbanisation


2.1 Vénerie et Société moderne : Genèse d'un conflit

Lutte des classes entre urbains et ruraux ?

- ..............2.1.1 Urbanisation de la Société
- ..............Révolution industrielle et désertification rurale

- ..............2.1.2 Evolution des sensibilités
- ..............Anthropologie du nugget pané

- ..............2.1.3 Hommes domestiques et loisirs sauvages
- ..............De Brigitte Bardot à Monique de Rothschild

 


2.2 La Bataille d'Angleterre

- ..............2.2.1 15 ans de combats politiques
- ..............Tali Ho ou du rififi chez les rosbifs

- ..............2.2.2 Arguments et Arguties
- ..............Les verts voient rouge

- ..............2.2.3 Plaidoyer
- ..............Les rouges se voient vert

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 12
II Ruralité et urbanisation


2.1 Vénerie et Société moderne : Genèse d'un conflit


2.1.1 Urbanisation de la Société

La première révolution agricole à la fin du XVIIIéme siècle en Grande-Bretagne en instaurant la rotation des cultures et la privatisation des communaux a initié une meilleure productivité de l'agriculture et un premier exode rural. Ces deux facteurs d'après Karl MARX, en fournissant une main d'Ōuvre abondante et en subvenant à son alimentation, ont permis la Révolution Industrielle.

Dans un deuxième temps, la mécanisation de l'agriculture a soutenu le développement de la sidérurgie, tout en intensifiant la productivité agricole qui pouvait ainsi répondre à la demande croissante d'une population de plus en plus urbanisée. A la fin du XVIIIéme siècle, en Grande-Bretagne, les ruraux ne représentent plus que 46 % de la population.
La France, troublée par l'ère révolutionnaire puis les conquêtes Napoléoniennes, a fait sa propre révolution industrielle avec un retard de près d'un siècle. En 1846, seul un quart de la population est urbanisé. Il faudra attendre 1906 pour atteindre le seuil de 42 %. La Première Guerre Mondiale va saigner les campagnes françaises de leur force vive. En 1936, la moitié seulement de la population est urbaine gardant des racines profondément rurales jusqu'au milieu du XXe siècle. Le développement industriel des 30 glorieuses va accélérer ce phénomène d'urbanisation amenant l'habitat urbain et périurbain à dépasser le seuil des 75 %. En 1980, les agriculteurs ne représentaient plus que 9 % de la population active en France et seulement 3,5 % en Grande-Bretagne. Aujourd'hui, 25 ans après, la France compte 1 million d'actifs permanents dans le secteur agricole, soit 3,5 % de la population contre 570.000 agriculteurs en Grande-Bretagne représentant 2,2 % de la population active.

Au Royaume-Uni comme en France, ces déracinements n'ont pas été sans conséquences sur les populations, et les rapports de l'Homme à la nature en ont été profondément bouleversés.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 13
II Ruralité et urbanisation


2.1 Genèse d'un conflit


2.1.2 Evolution des sensibilités

La vie urbaine induit une standardisation des comportements et un nivellement des modes de vie, ce que les sociologues appellent "la moyennisation". Ce phénomène s'est amplifié avec l'avènement de la Société de communication.
Quelques médias et en premier lieu la télévision, vont formater un mode de pensée et une façon de vivre, conçus par des urbains pour des urbains. Pour beaucoup de citadins, la campagne est un monde virtuel que la plupart ne connaîtront qu'à travers des images transmises par les médias ou entrevues en voiture entre deux sorties d'autoroutes interurbaines.

La Société de Consommation qui permet aux ménagères d'acheter des tranches de jambon désossé sous blister, des blancs de poulet en barquette ou du poisson pané en nuggets, accentue le fossé entre consommateurs urbains et producteurs ruraux. Les citadins ont du mal à relier l'image bucolique d'une vache au pré à la brochette de boeuf dans leur assiette, et éludent le passage pourtant obligatoire par l'abattoir et l'équarrissage.

Jusqu'au XVIIIe siècle, les manuels de savoir-vivre, insistaient sur la nécessité pour un homme bien élevé de savoir découper les animaux, car ceux-ci étaient souvent servis entiers à table. Peu à peu, une hypocrisie des manières de table s'est mise en place, tendant à faire oublier que l'alimentation carnée induit la mise à mort d'animaux. L'animal vivant est devenu simple viande, incapable de signifier la vie disparue.

Les médias cultivent encore une image de poulets picorant dans une cour de ferme, alors que 99 % des volailles sont produites dans l'univers concentrationnaire de l'élevage en batterie. Combien d'urbains aujourd'hui pourraient saigner et plumer un canard de ferme ou trousser un lapin. Ces gestes faisaient pourtant partie du quotidien des ménagères dans les années 60. La mort animale est devenu un tabou.

Avec ce changement de mode de vie, la sensibilité du grand public envers le monde animal, qu'il soit domestique ou sauvage, s'est transformée.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 14
II Ruralité et urbanisation


2.1 Genèse d'un conflit


2.1.3 Hommes domestiques et loisirs sauvages

Si la chasse et la pêche sont restées des activités traditionnelles dans les milieux ruraux, loisirs pour les uns, métiers pour les autres, la majorité des citadins n'y ont pas accès. Parce que ce n'est pas dans leur culture ni dans leurs traditions familiales, ces derniers ont une vision plus contemplative de la nature.
"L'idée de tuer un animal pour son plaisir" leur est insupportable. Il est vrai que cette simple formulation suffit à rendre la chasse ou la pêche haïssable. Des associations se sont donc créées au fil des âges, pour protéger les animaux domestiques ou sauvages et améliorer leurs conditions de vie ou de mort.

Dans les années 70, la notion de nature, capital fragile mis en danger par l'urbanisation massive, l'industrialisation polluante et le pillage de ressources naturelles non renouvelables, va devenir un enjeu politique, mobilisant de plus en plus de citoyens dans nos sociétés occidentales. Les avancées permises par la mobilisation de l'opinion pour ce qu'il est convenu d'appeler depuis peu, "le développement durable", sont indéniables. Parallèlement, le poids des associations anti-chasse va prendre de l'ampleur et lancer des attaques résolues pour arrêter la chasse en général et la vénerie en particulier.

Les politologues distingueront les "écologistes" des "zoophiles" parmi ces militants. Les premiers condamnent certaines formes de chasse à partir de considérations scientifiques sur les espèces menacées alors que les seconds militent bruyamment contre "les corridas, l'élevage en batterie, l'expérimentation animale, la fourrure, la chasse à courre, la chasse tout court, le massacre des baleines, des dauphins, etc.."

En France, une campagne virulente lancée au début des années 80, s'était soldée par un échec. Le ministre de l'environnement, qui s'était juré de parvenir à l'abolition de la chasse à courre, ayant été rapidement évincé du gouvernement et le Parti Communiste militant fermement pour le maintien de cette tradition séculaire ancrée profondément dans le tissu rural, les Verts n'ont pas trouvé d'alliés politiques suffisamment motivés pour gagner leur combat. Il en fut tout autrement en Ecosse, puis en Grande Bretagne.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 15
II Ruralité et urbanisation

2.2 La bataille d'Angleterre


2.2.1 Quinze ans de combats politiques

Le premier projet de loi demandant l'interdiction de la chasse à courre remonte à 1949. Après une enquête diligentée par le gouvernement travailliste de l'époque, les conclusions furent que la chasse à courre contribuait notablement à lutter contre la population de renards et qu'il fallait la maintenir.

En 1992, quarante-trois ans plus tard, le projet de loi est présenté à nouveau par Kevin McNamara, qui essuie un nouvel échec.
En 1993, nouvel essai par Tony Banks, puis en 1995 par John McFall.

En 1997, Tony Blair est élu avec brio, il avait promis à ses militants la perte des fox hunters. Mais en 1998, le projet de loi déposé par Michael Foster, n'ayant pas été voté dans les temps, tombe aux oubliettes.
En Mars 1998, 250.000 partisans de la chasse à courre, venus de tout le pays se rassemblent à Londres.
En Juillet 1998, Tony Blair crèe la surprise et annonce l'abolissement prochain de la vénerie. En novembre, le gouvernement travailliste fait part de son soutien à l'enquête d'un député indépendant, Burms, sur l'impact de l'abolition de la vénerie sur le milieu rural.
En 2000, le gouvernement de Tony Blair soumet un nouveau projet au Parlement qui doit choisir entre une auto-réglementation, un droit de chasse soumis à un permis ou une abolition pure et simple.

En janvier 2001, le projet recevant un soutien massif de la chambre des Communes pour l'abolition définitive, la Chambre des Lords le bloque avant les élections. Rebondissement 6 mois plus tard, la Reine promet un vote libre sur ce projet.
En février 2002, le tout jeune Parlement autonome écossais s'est empressé de voter l'interdiction de la chasse à courre - sur les 8 équipages, 6 continuent en espérant que la Cour européenne de justice viendra à leur secours.
En mars 2002, votée par les Communes la loi est rejetée massivement par les Lords.

En septembre 2002, 400.000 ruraux manifestent à Londres pour défendre leurs libertés. C'est la plus grande manifestation qu'est connue la Grande-Bretagne depuis la guerre.
En 2003, nouveau vote et nouveau veto de la Chambre des Lords.

En 2004, après un troisième échec, le gouvernement décide de recourir au Parliament Act, une chicane utilisée seulement trois fois depuis 1949 et qui donne le dernier mot aux députés.

La chasse à courre est interdite en Grande-Bretagne. Le dernier laisser-courre aura lieu en mars 2006. La Countryside Alliance, la plus grosse organisation réunissant les acteurs du monde rural, s'est engagée à poursuivre le combat devant la justice, en contestant d'abord le Parliament Act, puis en sollicitant la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 16
II Ruralité et urbanisation

2.2 La bataille d'Angleterre


2.2.2 Arguments et arguties

Derrière le jeu politique, quels sont les chefs d'accusation des associations de défense contre les veneurs ?

Le premier grief concerne la souffrance infligée au gibier pendant le laisser-courre, en se basant sur le rapport du Professeur Bateson, cité comme témoin à charge à la Chambre des Communes. Bateson s'appuyant sur des analyses de sang effectuées sur un animal chassé, arrive à la conclusion que vu les taux de toxines enregistrés, le stress éprouvé par le gibier était dangereux pour sa santé et pouvait aboutir à une crise cardiaque avant même que l'animal ne soit pris par la meute.

L'intérêt de ce "rapport scientifique" peut sembler assez relatif, lorsqu'on lit plus loin que se basant sur d'autres analyses de sang effectuées cette fois sur des marathoniens, Bateson constate que ces derniers souffrent du même stress et encourent les mêmes risques cardio-vasculaires qu'un animal traqué.
Bateson a entamé la présentation de son rapport à la chambre des Communes par un très scientifique :
"Vous connaissez Bambi ? C'est de lui dont il s'agit."

Deuxième souffrance infligée au gibier, la mise à mort à l'arme blanche quand l'animal est coiffé par les chiens. Il est à noter que les veneurs se défendent au contraire, de "servir" l'animal, aussi vite que possible pour abréger ses souffrances. Un tel acte "transgresserait la charte du droit animal" et relèverait du "spécisme" (racisme entre espèces), les veneurs "faisant une distinction entre l'animal sauvage et leurs animaux domestiques, à qui ils ne feraient pas subir les mêmes atrocités".

Sans être ni chasseur ni veneur, on peut être affligé de la pauvreté de cette argutie, qui, comme la référence à Bambi, fait appel à un sentimentalisme simpliste. Cet intellectualisme pédant manque "cruellement" de poids et sonne le creux, voire le faux dans une société où l'homme abat chaque année des centaines de milliers de vaches, veaux, moutons, agneaux, poulets et autres poissons. Au plan européen, le député vert Amendola a déposé une proposition de résolution sur "le bien-être et le statut des animaux dans la CEE", le statut des animaux domestiques étant depuis le traité de Rome celui de "produit fermier" et la faune sauvage n'existant pas. Le texte, soutenu par les zoophiles, préconisait un nouveau statut "d'êtres sensibles" pour tous les animaux au même titre que les humains et interdisait toute forme de violence à leur encontre, dont la chasse. Il prévoyait en outre "l'incitation à une alimentation végétarienne et végétalienne" dans toute la CEE. Idéalisme et extrêmisme ont fait rejeter le projet.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 17
II Ruralité et urbanisation

2.2 La bataille d'Angleterre


2.2.3 Plaidoyer

Les veneurs ne se privent pas d'utiliser l'argument de la prédation naturelle, puisqu'ils ne chassent qu'avec des chiens en encourageant leur instinct naturel et n'utilisant une arme qu'au dernier moment.

"C'est donc la chasse la plus écologique qui soit", assurait un maître d'équipage. "Il apparaît indispensable de poser un principe fondamental : celui de la réalité de la nature. La chasse à courre n'use pas plus de cruauté que les animaux entre eux dans leur milieu naturel. Le destin d'un animal vivant à l'état sauvage est de chasser et d'être chassé. C'est la loi de la nature, toute autre vision est utopique." Le renard chasse le lapin comme le brochet chasse le gardon qui lui-même gobe les mouches.

Le veneur se sent en symbiose avec le milieu naturel. Il est un défenseur d'un écosystème, dont il est partie intégrante. En limitant la population de renards, il protège les couvées de faisans et de perdreaux, limite la prédation de levrauts et d'agneaux. Il est un des acteurs d'un monde rural immuable que l'homme a faćonné, domestiqué et cultivé pendant des siècles. Le veneur est porteur d'une tradition ancestrale.

Dans le cas de la chasse au renard, le veneur ne fait que contribuer à la limitation de cet animal considéré comme nuisible. La décision des juges, en l'occurrence le vote des députés, d'interdire ou non la chasse à courre, ne bénéficiera en aucun cas au renard. Le mode de "pest control" préconisé par le Ministère Britannique de l'agriculture est le gazage dans les terriers. Mais la SPA britannique ne se mobilisera pas contre ces pratiques, même si l'utilisation de gaz a été interdite en France pour sa cruauté.

Tableau 2 : la régulation des renards en Angleterre.

Mode de régulation utilisé Nombre de renards prélevés % sur l'ensemble des prélèvements
Chasse à tir 80 000 20
Chasse à courre 75 000 18,75
Piègeage 36 000 9
Autres (gazage, etc) 211. 000 52,75



Chiffres cités dans Hunting the truth et issus du Rapport Burm

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 18
III Données économiques et sociales

3.1 Un monde rural interdépendant


Au moment de la remise en cause de la chasse à courre par le parti travailliste, un grand nombre d'entreprises dont les activités étaient liées ou dépendantes de la vénerie, de la chasse et de la pêche prit le parti de s'unir en une association globale de défense des activités rurales.

Autrefois appelée la "Countryside Business Group", la "Countryside alliance" est aujourd'hui devenu un puissant lobby, qui s'est rendu célèbre par ses nombreuses manifestations du type de la "march of march" en mars 1998, qui ont su réunir jusqu'à 400.000 personnes. (cf. photos et articles en annexe)
Dans le souci de représenter l'étendue des activités engendrées par la vénerie dans les campagnes anglaises, la Coutryside Alliance entreprit de recenser, chiffres à l'appui, l'ensemble des emplois et des activités qui se verraient menacés en cas d'abolition de la "chasse au renard".

Publiés dans le rapport "Hunting : the truth", les résultats de leurs investigations font état de 33000 emplois liés aux activités de la chasse dont 8000 à plein temps. Pour chasser, il faut des chiens, du personnel pour s'en occuper, de la nourriture, des soins vétérinaires, des véhicules pour les déplacer. Il faut des éleveurs, des loueurs et des marchands de chevaux. Des pony-clubs, des prairies et de l'avoine pour les nourrir, du personnel spécialisé et là aussi des soins vétérinaires. Il faut également des artisans, selliers, maréchal-ferrant, bottiers, tailleurs et boutiques. L'entretien des haies, barrières et murets qui font le particularisme des "foxhunts" ou des "drags", va fournir du travail aux marchands de bois et à des entrepreneurs.

La chasse à tir que la Countryside Alliance sait tout aussi en danger que la vénerie, fait vivre d'autres corps de métiers de la ruralité. Les créateurs de vêtements comme le célèbre "barbour", les fabricants et marchands de munitions, armes, bottes, chapeaux sont dépendants de la chasse. Les éleveurs de gibier, producteur de grains, dresseurs de chiens, rabatteurs et ramasseurs de gibier tirent une partie de leur revenu du maintien de cette activité rurale.

Sans oublier la pêche, autre sport considéré comme cruel par les écologistes zoophiles, qui nécessite d'autres fabricants de matèriels et d'autres spécialistes.

Les activités rurales de loisirs fournissent du travail à plein temps, occasionnel ou saisonnier à une campagne en voie de désertification et de paupérisation.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 19
III Données économiques et sociales

3.2 Un lien social


Derrière l'image d'Epinal d'une vénerie monolithique, aristocratique et figée se cache une réalité sociale toute autre.

Si traditionnellement, la vénerie était un des privilèges de la noblesse, ce sport s'est démocratisé autant en Grande-Bretagne qu'en France. La preuve en est qu' Outre Manche, la chasse à courre sous ses formes multiples réunit d'après le quotidien The Times du 16 septembre 2004, un million deux cent mille fervents. Ce chiffre inclut 541 000 veneurs à cheval et 741 000 suiveurs à pied, voiture ou bicyclette. Ce constat prouve à lui seul que cette passion est très largement partagée et parfaitement accessible au plus grand nombre.

L'Humanité, émanation du PCF, éditait en 2003 un article paru sous le titre "Vénerie, chasse aux idées recues". Citant deux chercheurs du CNRS, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot., auteur d'une étude sur la vénerie, l'Huma écrivait "Si la tenue fleure bon l'Ancien Régime, la chasse à courre réalise ce miracle de faire partager la même passion par des ducs, des grands bourgeois, des banquiers, des facteurs et des cantonniers."

En Angleterre, où les suiveurs à cheval sont tenus de se conformer à la tenue traditionnelle rouge ou noire, il est difficile de distinguer sous l'uniforme et les mêmes visages rubiconds, le fermier du propriétaire, ou le médecin du hobereau local. 860 à 900 rendez vous de chasse réunissent chaque semaine ces passionnés pour courir le lièvre, le renard ou le lapin. Autant d'occasions de brassage social entre agriculteurs et éleveurs, entrepreneurs et professions libérales, villageois et citadins, autour de valeurs et de plaisirs communs, l'amour du cheval et des chiens, de la nature et de la chasse.

"Dans les zones rurales où la nature reste un lieu à exploiter et non un spectacle à ne pas déranger, on communie assez naturellement", écrit l'Humanité,

Dans un monde rural qui se désertifie et où les distractions sont rares, ces 900 rendez-vous cynégétiques hebdomadaires rassemblant 1.200.000 personnes, auxquels on pourrait ajouter les "sporting parties" qui mobilisent également les forces vives de la campagne pour des battues qui interessent 700.000 chasseurs, la chasse dans la diversité de sa pratique est un poumon économique et social. Ce tourisme cynégétique est le lien social entre les producteurs qui gèrent la terre et les consommateurs villageois et citadins, entre propriétaires et exploitants agricoles.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 20
III Données économiques et sociales

3.3 Une économie à part entière

Les données économiques fournies par la Société Française de Vénerie, si elles sont trés incompletes et notoirement sous-évaluées, nous permettent de mieux cerner et comprendre les chiffres dont nous disposons concernant le Royaume-Uni.

"En France, acheter un cheval coûte entre 1200 et 2200 Euros on peut estimer que les 7000 chevaux de vénerie génèrent un chiffre d'affaires annuel de près de 3 millions d'Euros. La location d'un cheval de chasse pour une journée coûte environ 120 Euros. En estimant à 4, le nombre moyen de chevaux loués par équipage par jour de chasse, la simple activité de location génère également 3 millions d'Euros. L'utilisation de produits traditionnels, tels l'avoine, l'orge, le foin ou la paille maintiennent des activités de polyculture traditionnelles. Le budget annuel d'alimentation est d'environ 300 Euros par cheval soir un CA global de 4,5 M d'Euros. Les frais vétérinaires se montent à 1,5 Millions et la ferrure (53 Euros par ferrure) à 2,2 Millions. Le personnel d'entretien des chevaux représente 11 Millions. L'équipement du cheval, en amortissant les prix d'achat neuf (1.500 E) sur 5 ans, représente un chiffre d'affaire annualisé de 2,2 ME. Le transport se chiffre à 5 ME et le repos du cheval en prairie en dehors de la saison de chasse à 2,2 ME. L'ensemble des postes cumulés nous permet d'estimer la contribution économique du cheval de chasse à 30 Millions d'euros par an." (source Société de vénerie-97) La même société de vénerie évalue dans un document édité en 98 sur les chiens de meute, le coût de nourriture à 400F/chien/an. Ce chiffre nous semble obsolète et sous-évalué, car il correspond aujourd'hui au frais d'alimentation d'un labrador pendant 6 à 7 semaines.

La Countryside Alliance qui revendique 541.000 suiveurs ou veneurs à cheval au lieu des 10.000 évoqués dans ce rapport de la Société française de vénerie, et 741.000 suiveurs au lieu des 100.000 revendiqués par la Vénerie française, cite des chiffres impressionnants. Le chiffre d'affaires généré par la vénerie en Grande Bretagne serait de 408 millions d'Euros par an. Chasse, pêche et vénerie sont des moteurs de la vie économique rurale et un appoint financier indispensable à son équilibre économique.

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 21
Conclusions

L'agriculture britannique, que la perte du Commonwealth et l'entrée dans la Communauté Européenne a largement affaiblie, a été encore fragilisée par la crise de l'encéphalopathie spongiforme bovine, et l'anéantissement d'une partie de son cheptel. Si l'est et le sud de l'Angleterre agricole, sont relativement prospères grâce à leur production céréalière et légumière, le Pays de Galles et l'Ecosse sont sinistrés.

Les études commanditées par les gouvernements en 49, puis le rapport Burns en 1998, considéraient que la vénerie anglaise soutenait l'économie rurale tout en participant à la limitation des nuisibles. Rejoignant l'étude française sur la chasse à courre de Pinçon et Charlot, les rapporteurs concluaient que cette pratique était de nos jours parfaitement démocratisée, très loin de l'image strictement aristocratique conservée par la mémoire collective.

Alors que les arguments des écologistes zoophiles ne sont pas de nature à retenir l'attention d'un économiste ou d'un politicien, le gouvernement travailliste s'est cristallisé sur un sujet mineur, l'abolition de la chasse à courre. Les données macro-économiques sur l'économie rurale, qui semblent de bon sens, auraient du plaider en faveur du maintien de la chasse à courre, bien mieux que le débat, fondé ou non, sur la cruauté d'une telle pratique. Les sondages d'opinion révélaient que 59 % de la population était favorable au maintien de la vénerie. L'abolition devait engendrer plus de mécontentement que sa sauvegarde. Les éditorialistes de tous les horizons politiques fustigeaient un gouvernement perdant son énergie sur des problèmes mineurs.

L'Humanité, avec beaucoup d'humour, titrait récemment sur ce débat : "lutte des chasses"
L'acharnement des députés majoritaires à la Chambre des Communes à faire passer en force un projet de loi, rejeté à de nombreuses reprises par la Chambre des Lords, relèverait elle plus d'un antagonisme exacerbé entre représentants élus et Pairs héréditaires ?

La monarchie britannique est en pleine mutation depuis 1999, date à laquelle les Pairs héréditaires sont supprimés pour être remplacés par un système complexe. La loi de 2001 supprime pour les Pairs héréditaires le droit de siéger à la Chambre Haute. Le nombre des membres serait limité à 600 : 120 membres seraient élus au scrutin proportionnel ; un même nombre serait nommé par une commission désignée par la Chambre elle-même ; 332 membres seraient directement désignés par les partis politiques.

La vieille Angleterre fait sa révolution et plus de deux siècles après "la Terreur", les démocrates décapitent le pouvoir de la Noblesse.


Le débat sur la chasse à courre en Grande-Bretagne, faisait-il partie de cette chasse aux sorcières ?
L'interdiction de la chasse au renard en Angleterre était elle la partie émergée de l'iceberg de cette "Nuit du 4 août" à l'anglaise, avec l'abolition des privilèges de la Noblesse ?



Pour comprendre la nouvelle mouture de la Chambre des Lords, suivez ce lien

Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 22
Epilogue
Interview paru dans "The Telegraph" du 21 novembre 2004

"It was class war !"

"L'abolissement de la chasse à courre est avant tout affaire de lutte des classes."

"Pour la première fois, les travaillistes ont damné le pion à la Noblesse. Nous devons le reconnaître aujourd'hui, ce combat n'avait rien à voir avec le bien-être animal ou la liberté individuelle : c'était la lutte des classes !"

" Les défenseurs de la chasse n'étaient que des marionettes aux mains de la minorité privilégiée, qui a dirigé durant des siècles, l'Angleterre rurale depuis leurs chateaux. Mais cet état de fait vient d'être renversé.

Les vieilles familles sont toujours propriétaires du pays, mais elles ne le dirigent plus."

 

Peter Bradley
Secrétaire particulier
du Ministre des Affaires Rurales
Rapporteur auprès du Parlement

Lien vers l'article in extenso de
"The Telegraph"


Remerciements
A Alain Drach, maître d'équipage de la Futaie des Amis,
A Margaux de la Buharaye de la Société de Vénerie,
A Véronique O'zanne
A
la Countryside Alliance pour leur aide
A tous un grand merci pour la patience dont ils ont fait preuve devant un béotien.
A Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot pour leur remarquable ouvrage, qui nous a souvent inspiré.
A mon père, dont l'aide m'a été précieuse tant par son "savoir-faire" que par son "faire-savoir"

pour imprimer
version -
- en pdf
Retour au Plan
T.P.E. : F. Jubert - 2005
Page 23

"Bon chien chasse de race !"

Foulques Jubert n'a encore jamais suivi de laisser-courre.. (à bon entendeur !)
Est ce par goût de la provocation qu'il a choisi ce sujet très contreversé pour un exposé comptant pour le baccalauréat ?
Le jour de l'oral, il a emprunté un gilet, une cravatte et une redingote d'invité pour se présenter devant le jury et défendre sa thèse, alors que son partenaire était en "urbain" pour attaquer les veneurs.

La fortune sourit aux audacieux.
Il est probable que 90% de l'éducation nationale est anti-chasse, mais ce jour-là, l'un des examinateurs avait un pére paysan, l'autre était un écossais, militant activement pour le rétablissement de la vénerie en Grande-Bretagne.

Dans la scenette, que devaient jouer les deux étudiants, l'un attaquant, l'autre défendant la vénerie, Foulques avait choisi de finir chacune de ses tirades par un trait d'humour, raillant la position des "verts". Il espérait décrocher un sourire de temps à autres... Il a déclencher le rire de ses examinateurs à chacune de ses tirades.

Pari gagné! Foulques est reçu à son BAC ! grâce à un 18/20 à son TPE !

Mon grand-père, Jean Cruse, maître d'équipage du Saint Raphaël, serait fier de mon fils.
Si vous avez des commentaires, laissez votre griffe ci-dessous.

Sinon, allez voir ces tableaux de chiens qui eux aussi parlent de vénerie